Hausse de la CSG, des compensations prévues pour les médecins

Les syndicats de médecins s’inquiètent toujours des conséquences de la hausse de la CSG

Mardi 5 septembre, le gouvernement français a étayé son plan relatif au basculement des cotisations sociales vers la CSG (la Contribution Sociale Généralisée). L’objectif affiché étant de favoriser les indépendants tout en augmentant le pouvoir d’achat des salariés.

  • Quelles sont les compensations prévues pour les médecins ?

Le gouvernement a annoncé qu’il augmenterait dès 2018 la prise en charge des cotisations au régime vieillesse de base :

  • pour tous les médecins conventionnés de secteur 1.
  • pour les infirmiers installés en zone sous-dense.

Par ce coup de pouce aux professionnels de santé, le gouvernement entend neutraliser les effets de la hausse prochaine de la CSG (+1,7 point).

  • Les syndicats de la profession ont réagi à l’annonce de la compensation

Suite à la promesse gouvernementale à destination des médecins conventionnés de secteur 1 et des infirmiers installés en zone sous-dense, les principaux syndicats de la profession ont immédiatement réagi.

Le SML (Syndicat des médecins libéraux) et la FNI (Fédération nationale des infirmiers) ont jugé cette mesure « inique » et « insuffisante ». Selon le SML, une discrimination s’installerait de fait entre les médecins conventionnés des secteurs 1 et 2. Toujours selon le syndicat, la compensation reviendrait à « saper les fondements du système conventionnel ». La FMF (Fédération des médecins de France) partage, elle aussi, ces inquiétudes.

De son côté, MG France (Syndicat des médecins généralistes) annonce son intention de veiller à ce que « les avenants conventionnels prévoient une compensation à l’euro près de l’augmentation de la CSG pour les médecins de la CSG ». Le syndicat entend par ailleurs se montrer attentif au traitement réservé aux médecins de secteur 2, afin que ces derniers ne soient pas pénalisés.

Enfin, la CSMF (la Confédération des syndicats médicaux français) reste sur ses gardes. Elle se soucie notamment de la fin du RSI pour les médecins de secteur 2. Selon la Confédération, cette disparition entrainera une augmentation de leurs charges. En conséquences, les répercussions sur les patients de ces médecins seront probablement négatives.

Face aux inquiétudes des syndicats, comment évoluera la position du gouvernement ? Simplify, qui propose des services optimisant les dépenses du cabinet médical, vous tient informé !

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *