Manifestations contre les onze vaccins obligatoires en janvier 2018

Les anti-vaccins se mobilisent contre l’obligation vaccinale qui s’étend au 1er janvier 2018

Samedi 9 septembre, les militants anti-vaccins ont manifesté à Paris devant le ministère des Solidarités et de la Santé. Ils se mobilisent contre l’étendue prochaine de l’obligation vaccinale. Qui sont-ils et pourquoi s’opposent-ils farouchement à la vaccination ?

  • Rappel des faits : 11 vaccins obligatoires en janvier 2018

Comme annoncé par la ministre de la Santé en juillet 2017, huit vaccins, auparavant simplement recommandés, deviennent obligatoires. Il s’agit des vaccins contre :

  • la coqueluche
  • l’haemophilus influenzae
  • l’hépatite B
  • le méningocoque C
  • le pneumocoque
  • la rougeole
  • les oreillons
  • la rubéole

Les bébés de moins de deux ans sont concernés par ces nouveaux vaccins qui viennent s’ajouter aux 3 inoculations déjà obligatoires (contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite).

  • Quels sont les arguments des anti-vaccins ?

Portées par le collective EPLV (Ensemble pour une Vaccination Libre), les quelques 300 personnes qui manifestaient à Paris ont dénoncé la nouvelle politique vaccinale du gouvernement. Voici les principaux arguments qu’ils avancent :

  • il n’y a pas, aujourd’hui, de problème de santé publique majeur, justifiant l’étendue de la couverture vaccinale.
  • les citoyens ont le droit de disposer de leur corps et la vaccination devrait alors être un choix et non une obligation.
  • ces nouveaux vaccins sont un « cadeau » offert par le gouvernement aux laboratoires pharmaceutiques.
  • les vaccins ont des effets secondaires, et celui de l’Hépatite B serait notamment responsable de la sclérose en plaque.
  • les vaccins contiennent des adjuvants tels que l’aluminium, potentiellement dangereux pour la santé.
  • Que répond le gouvernement ?

Sur le site Vaccination-info-service.fr, le gouvernement défend sa décision d’étendre la couverture vaccinale :

  • les vaccins sauvent des vies. Ils sont efficaces et ont fait reculer des maladies mortelles.
  • l’acte de vaccination est un acte de solidarité car à moins de 95 % d’une couverture vaccinale, un vaccin n’est pas efficace sur une population. Ainsi, l’obligation vaccinale est conforme à l’exigence constitutionnelle de protection de la santé publique.
  • le risque d’épidémie n’a pas disparu et certaines maladies, telle la rougeole, font leur réapparition.

Les patients qui refuseraient la vaccination obligatoire verraient leurs enfants exclus des collectivités et s’exposeraient à une amende pouvant atteindre 3 750 €, ainsi qu’à 6 mois de prison.

Les demandes de vaccination se multiplient ? Pour une prise de rendez-vous plus efficace, simplifiez la vie de votre cabinet en externalisant votre permanence téléphonique. Découvrez les services de Simplify.

 

 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :